AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 2,6 % d'inflation, gare à la surchauffe !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Islamsoft



Nombre de messages : 63
Age : 32
Date d'inscription : 06/10/2006

MessageSujet: 2,6 % d'inflation, gare à la surchauffe !   Lun 21 Mai - 9:51

Le taux d’inflation du premier trimestre a dépassé les 2,1% enregistrés à la même période en 2006 et excède de loin le 1,3% de 2005.
Les produits frais et l’habitation sont à l’origine de cet accroissement du niveau des prix.
Le prix des produits non alimentaires a progressé modestement.

Longtemps maîtrisé à un niveau moyen de 2 %, le taux d’inflation aurait-il tendance à s’installer durablement dans une tranche supérieure ? Après les 3,3 % enregistrés sur l’ensemble de l’année 2006 - avec des pics atteignant près de 4 % entre mai et juillet -, les trois premiers mois de 2007 restent encore marqués par ce que le Haut commissariat au plan (HCP) appelle «une tension inflationniste persistante». En effet, sur le premier trimestre de cette année, l’indice du coût de la vie (ICV) a crû de 2,6 %, contre 2,1 % et 1,3 % respectivement à la même période des exercices 2006 et 2005.

La répartition géographique de cette inflation montre que les taux d'accroissement les plus importants sont enregistrés, par ordre d'importance, à Marrakech (4,2 %), Meknès (3,3 %), Oujda et Fès (3,2 %), Rabat et Tétouan (2,7 %) ; les taux les plus faibles étant relevés dans les villes de Casablanca (2,2 %) et Agadir (1,8 %).

Ces variations importantes d'une ville à l'autre s'expliquent sans doute par une plus grande disponibilité des produits alimentaires, notamment les produits frais, dans une ville comme Agadir, proche des vergers du Souss, sachant que l'alimentaire, justement, comme on le verra plus loin, pèse lourd dans le panier de référence servant au calcul de l'ICV.

Les causes de cet accroissement de l’ICV, selon les indications du HCP, sont dues pour l’essentiel à la hausse des prix des produits alimentaires qui ont connu une hausse de 3,5%, particulièrement des produits frais (légumes et fruits frais). La sécheresse qui a marqué l’hiver qui vient de s’écouler et, conséquemment, la réduction des superficies cultivées ont induit un repli de l’offre, directement responsable de cette accélération de l’inflation. Autre facteur à l’origine du renchérissement des prix à la consommation, le redressement des prix du sucre (11,6 %, contre 1,2 % une année auparavant) et des plantes aromatiques, notamment le café, en raison de la hausse de leur prix sur le marché international. Il s’agit donc là d’une inflation importée.

Mais ce n’est pas tout. Car, même en mettant de côté les produits à prix volatils comme les fruits et légumes et les produits pétroliers, par exemple, et les produits à prix réglementés - car ces deux catégories ne reflètent pas la dynamique économique -, l’inflation sous-jacente qui, elle, donne la mesure de l’évolution des prix économiques, reste élevée (2,2 %) par rapport à ce qu’elle était à la même période de 2006 (1,7 %).

Transport et communication : une faible évolution de 0,6%
S’agissant en revanche des produits non alimentaires, bien qu’ils aient eux aussi augmenté, cette augmentation est cependant moins soutenue (2 %) par rapport à celle de l’année dernière (2,7 %). Cette décélération du rythme de croissance des produits non alimentaires cache en fait des variations, selon qu’il s’agisse d’un groupe de produit ou d’un autre. Ainsi, si l’indice des prix du groupe «transport et communication» n’a crû que de 0,6 %, contre 10,9 % une année auparavant (en raison de la baisse des prix à la pompe, consécutivement au recul des prix du pétrole à l’international), celui du groupe «habitation» a, lui, augmenté de 4,2 %, contre 0,8 % à la même période de 2006.

Et tout semble indiquer que ce groupe «habitation», avec ses différentes composantes (loyer, entretien et réparations, chauffage, éclairage et eau), ira en augmentant compte tenu du boom immobilier que l’on connaît. Mais avec la part (c’est-à-dire la pondération) que représente l’habitation dans l’ICV global (un peu plus de 14 %, contre près de 45 % pour l’alimentation), le renchérissement des prix de ce groupe n’impacte pas beaucoup le niveau général des prix.

C’est tout le débat sur la nécessité de revoir le fameux panier de référence et les pondérations attribuées à chaque produit et groupe de produits qu’il contient. Le Haut commissariat au plan, à qui revient la responsabilité du calcul de l’ICV, s’attelle d’ailleurs à changer composition, nombre de produits et poids des régions dans le calcul de l’indice.

De la même manière, si les prix des soins médicaux n’ont progressé que de 0,9 %, on peut se poser la question de savoir si l’importance qui leur est accordée dans l’indice général (5,4 %) reflète réellement le comportement des Marocains en cette matière. Avec la mise en place de l’assurance maladie obligatoire, au moins, la pondération de ce groupe de produits mérite sans doute d’être réévaluée.

Faible pondération pour des produits désormais plus largement consommés
A l’inverse, le niveau de l’inflation pourrait probablement mieux «profiter», si on peut dire, de la baisse tendancielle du rythme d’accroissement des produits manufacturés, si leur part dans l’ICV avait été réévaluée. Avec les baisses de prix que ne cessent de connaître les équipements ménagers ainsi que les produits d’habillement, en raison de la concurrence qui gagne de plus en plus ces secteurs, les habitudes de consommation des Marocains ont naturellement changé. Quel ménage aujourd’hui ne dispose pas de téléviseur, de machine à laver, etc. ?

En outre, avec les facilités de crédit qui existent sur le marché, le renouvellement de ces équipements est désormais plus fréquent, voire régulier, que par le passé. Toutefois, cette baisse des prix des produits manufacturés n’affecte que faiblement l’indice général, donc l’inflation, en raison des pondérations relativement faibles (et encore, elles ont été ajustées à la hausse au début des années 90) de ces produits. Les équipements ménagers, par exemple, ne comptent que pour 5 % dans le panier de référence et l’habillement pour 6,4 %.

Le cas des loisirs et communications (5,6%) est encore plus significatif du décalage entre la réalité et la perception de cette réalité. Que le poste «divertissement et culture» ne compte encore que pour 1,2 % passe encore. Mais que l’enseignement ne pèse que 2,9 %, cela mérite à coup sûr un réajustement conséquent ; ne serait-ce que parce que le taux de scolarisation, y compris dans les campagnes, a énormément évolué (92,2 % au niveau national et 87,8 % en milieu rural, selon les données du dernier recensement général de la population de 2004) et que la taille moyenne des ménages reste encore élevée (5,3 personnes).

Si on ajoute à cela la propension des familles, y compris les plus modestes, à placer leurs progénitures dans des établissements privés, on se rend bien compte qu’en réalité l’enseignement et l’habitation doivent désormais constituer des postes de dépenses très importants. C’est d’autant plus plausible que l’indice actuel du coût de la vie ne concerne que la population urbaine, et seulement celle des onze grandes villes du pays ; autrement dit, celle dont, au contact de la modernité, les habitudes de consommation évoluent rapidement.

En fin de compte, le nouveau panier de calcul de l’ICV devrait permettre d’avoir une idée plus proche de la réalité, mais il reste qu’à méthode constante, le taux d’accroissement du coût de la vie s’est bel et bien emballé. Gare à la surchauffe !

Bien sûr, nous sommes loin des 7 et même 8 % du début des années 90, mais la tendance qui apparaît depuis 2006, et qui semble se poursuivre pour ce premier trimestre, devrait constituer un signal pour les pouvoirs publics - même si une «petite» inflation, c'est plutôt bon signe, du moins selon certains économistes. Sauf que, dans le cas du Maroc, les bas salaires n'étant pas indexés sur le niveau de l'inflation, la hausse des prix est toujours vécue difficilement pas les citoyens.
--------------------------------------------------------------
Source : http://www.lavieeco.com/Economie/26-d-inflation-gare-a-la-surchauffe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hind82



Nombre de messages : 1355
Localisation : salé-tabriket
Date d'inscription : 05/10/2006

MessageSujet: RE   Lun 21 Mai - 19:48

merci anass pour l'article ca fait longtemps ke tu as rien posté sur ce forum, 3odta wal 3awdo ahmado..j'éspère ke ca sera d'un rythme plus intensif...et on attend le retour de samir Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ma_premiere_vie
Admin


Nombre de messages : 1491
Age : 32
Localisation : Salé
Date d'inscription : 05/10/2006

MessageSujet: Re: 2,6 % d'inflation, gare à la surchauffe !   Mar 22 Mai - 17:20

Nous l espérons bien Hind, ils nous ont manqué tout les deux, lah yjibhoum 3la khir,

Merci Pour l article Anass... c est intéressant

_________________
ما أحلى الحياة في طاعة الله
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Nombre de messages : 937
Age : 33
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: salam   Jeu 24 Mai - 8:31

salam

ravi de lire de tes nouvelle anass, je voulais juste vous poser une question?? comment calcule t on le taux de l inflation???? rappellez moi??

salam

_________________
Je suis musulman c'est à dire j'aime les autres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.manager.fr.cc
Islamsoft



Nombre de messages : 63
Age : 32
Date d'inscription : 06/10/2006

MessageSujet: Re: 2,6 % d'inflation, gare à la surchauffe !   Sam 26 Mai - 16:16

Merci les amis de votre interêt envers nous,
pour Mr redwane,tu sais bien que le calcul du taux du l'inflation n'est pas une mince tâche . mais si tu veux, voici un exemlpe simple du calcul du taux d'inflation :
http://www.radioclassiqueinter.com/rci/index.php?news=216
to be continued
salam
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Nombre de messages : 937
Age : 33
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: salam   Dim 27 Mai - 14:58

salam

alors frere anass, merci pour le lien, mais en afit au depart je voulait savoir comment calclue t on l inflation, mais maintenant grace a l article que t a mis , je me demande comment calcule t on l inflation et aussi le prix a la consommation , et d aprés l article il y a une inflation pour chaque produit , donc ce que je me demandfe es ce que l inflation dans un pays et les moyenne des inflations?? tout simplement??,

salam

_________________
Je suis musulman c'est à dire j'aime les autres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.manager.fr.cc
Islamsoft



Nombre de messages : 63
Age : 32
Date d'inscription : 06/10/2006

MessageSujet: Re: 2,6 % d'inflation, gare à la surchauffe !   Dim 27 Mai - 17:09

emm, teft7at lik chahia l'economie monétaire assi redwane lol!
wakha a sidi walkain ghir chawwar 3la khook : slowly (iwa machi mouchkil allah y3ez alhaj google )
d'accord a sidi, si je comprend bien M. Abidi (rak 3arf pk j'ai utilisé cette expression, allah ye3fou 3lik o 3lina, gool amine Laughing ) ta demande comporte 3 grandes questions sous-jacentes.
Comment calculer le taux d'inflation? (je suppose que j'ai déja répondu à cette question)
Comment calculer l'indice des prix à la consommation ?
Est ce que l'inflation total d'un pays est la moyenne des inflations de tous les produits ??
----
Donc il me reste les 2 dernières questions :
Commençons par le dernier : est ce que l'inflation total d'un pays est la moyenne des inflations de tous les produits ??
un peux de théorie ne fait pas de mal (nous sommes des universitaires quand meme, blablabla Laughing
Théoriquement, l'état ideal d'une économie c'est d'avoir une égalité entre le total de la quantité de monnaie et le total de la production.
Par exemple dans une économie nous avons seulement le pain qui circule comme produit (rakom 3arfin 3lach khtariit lkhoobz). Supposons que avons 100 pains qui circulent dans le marché et que le prix unitaire du pain est 1 Dh. Donc théoriquement, la quantité de monnaie détenue par tous les agents doit être égale à 100 Dh. Une différence en hausse ou en baisse de cette quantité de monnaie peut engendrer respectivement soit l’inflation ou la récession. (had la partie théorique ghadi tel9awha f le cours de Mr Bizar Wink )
Ma3linach, pour calculer le taux d’inflation pour cette économie il suffit de calculer le prix moyen de pain pour chaque année :
Prix moyen du pain à l’année 2006 : 1 dh
Prix moyen du pain à l’année 2007 : 1 ,02 dh
Donc le taux d’inflation en 2007 est égale à : [(1,02-1)/1]* 100= 2 %
Maintenant kenna kanhadroo ghir pour une économie qui se compose d’un seul produit alors au fur et à mesure que le nombre de produit et des transactions augmentent le calcule de l’inflation avec ce modèle simple, sera difficile voire impossible et donc il ne s’agit plus de calculer le taux d’inflation pour chaque produit et par la suite de calculer le taux d’inflation total, mais on se réfère plutôt à un autre indice qui est l’indice des prix à la consommation.
En effet, Pour bien estimer la variation de la valeur de la monnaie et pour la mesurer, il faudrait suivre la totalité des transactions monétaires, les classer par type de biens, les pondérer par la quantité de monnaie échangée, etc. C'est impossible, et même une approche partielle serait trop coûteuse.
Pour mesurer l'inflation, on utilise donc un modèle réduit de l'économie, et on observe un « panier » pondéré de biens. On imagine les questions sensibles que soulève la constitution de ce panier, qu'il faut en sus faire évoluer avec précautions pour lui donner une signification stable dans le temps.
On construit ainsi un indice des prix à la consommation qui permet d'apprécier la variation du coût de la vie pour les consommateurs, et donc la valeur de la monnaie dans ses aspects les plus concrets pour les citoyens.
Alors, C’est à quoi sert l’indice des prix à la consommation ? Comment le calculer et quel est la relation entre cet indice et le taux d’inflation ?
L'indice des prix à la consommation est l'un des indices qui cherchent à mesurer la hausse (inflation) ou baisse (déflation) du coût de la vie, et donc l'évolution de la valeur de la monnaie (la valeur de la monnaie diminue lorsque les prix augmentent).
Le suivi de l'évolution de tous les prix n'étant pas techniquement possible, les instituts de statistiques construisent un panier de biens et services finaux représentatifs, pondérés par leur poids dans la consommation. L'observation des prix se fait par enquête et échantillonnage permanents.
La principale difficulté dans la réalisation de l'indice est l'innovation, qui se traduit par l'apparition de nouveaux produits ou services, par l'évolution d'un produit existant, souvent une amélioration.
La construction de l'indice prend également en compte le changement dans la répartition des achats des consommateurs. La pondération attribuée aux biens et services évoluent en parallèle, mais parfois avec retard d'un an (la pondération utilisée pour l'inflation de l'année N est basée sur les consommations de l'année N-1).
Finalement on peut arriver à la question de relation entre le taux d’inflation et l’indice du cout de la vie : On appelle taux d'inflation la variation en pourcentage de cet indice sur une période donnée : si le prix moyen du « panier » est passé de 100 à 102, l'inflation est de (102-100)/100 = 2/100 = 2%.

elmouhim, ellli fham chi haja ygoolha lia. lol!

Source :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Indice_des_prix_%C3%A0_la_consommation
http://fr.wikipedia.org/wiki/Inflation
http://www.radioclassiqueinter.com/rci/index.php?news=216
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Nombre de messages : 937
Age : 33
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: salam   Lun 28 Mai - 14:21

salam

merci anass pour la reponse trés riche que t a donné, en fait c etait trés instructif, merci, mais j ai comeme une question Smile
en fait l inflation est calculé par rapport a un "panier" de produit choisi selon leurs poids dans la consommation , t a souligné donc sur l article la difficulté de choisir ce panier, mais ce que je me pose comme question c est le suivant,
si le maroc calcul un taux d inflation de 2 %, la banque modiale risque t elle de trouvé un taux de 1 ou de 3 % ???
une autre chose, l exemple que t a donné pour une "economie de pain " Smile est trés simple et trés bien choisi a mon avis, 100 pains qui vaut 100 dhs >> masse monétaire adequate est de 100 dhs, mais si les menages ne consomme pas ?? peut on consider cela comme une pré-inflation?, en fin de compte il ya une masse montaire de 100 dhs , une production de 100 une consommation de 100 , et la prochaine année il y aura quelque dirham de plus que la valeur de production oooooooof, ca c est seuelemnt pour le pain, vraiment y7ssen 3wan la banque du maroc, 7atlaiha mnin walla mnin .

salam

_________________
Je suis musulman c'est à dire j'aime les autres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.manager.fr.cc
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 2,6 % d'inflation, gare à la surchauffe !   Aujourd'hui à 2:52

Revenir en haut Aller en bas
 
2,6 % d'inflation, gare à la surchauffe !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'inflation législative
» Gare aux cacahuètes!
» Chasse: gare à vous! Consignes de sécurité
» Appliquer un taux d'inflation aux tarifs verres/lentilles
» Acquis en vocabulaire: "inflation"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Management pour la réussite :: Catégorie débat :: Revue de presse-
Sauter vers: