AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La «alaouisation» de l’économie succède à la privatisation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Islamsoft



Nombre de messages : 63
Age : 32
Date d'inscription : 06/10/2006

MessageSujet: La «alaouisation» de l’économie succède à la privatisation   Sam 21 Oct - 10:50

L’appétit des hommes d’affaires du roi confine à la gloutonnerie. Ils ne voient aucun obstacle à leurs ambitions. Résultat : jamais la Monarchie n’a été aussi présente dans le secteur privé. La «alaouisation» succède à la privatisation.
Au saut du lit, vous êtes comme bien des Marocains à vous envoyer derrière la cravate un bon bol de lait Salim saupoudré de sucre Cosumar et une barre de biscuit chocolatée Bimo dont vous vous approvisionnez chaque week-end chez Marjane ou chez Acima, la supérette du coin avec un pack d’eau minérale Aïn Saïss, un jerrican d’huile Lesieur, des Danone à la douzaine et des conserves Marona, etc… Votre petit-déjeuner englouti, vous sautez dans votre nouvelle Peugeot 307 achetée à crédit auprès de votre banque Attijariwafa pour filer au boulot. Votre appartement, vous avez pu l’acquérir grâce à Wafa Immobilier et vous avez pu faire cet été une escapade en Turquie grâce à un prêt à la consommation contracté chez Cetelem. Banal, direz-vous, mais savez-vous cependant que toutes ces marques qui jalonnent votre quotidien appartiennent en partie au roi ?
On se souvient encore des rumeurs qui circulaient au début du règne de Mohammed VI sur l’éventualité d’un retrait de la famille royale du monde des affaires. En trame de fond, c'est un roi libéral, ouvert, désintéressé par les affaires qui compte se retirer de l'ONA. A l’époque, le marché spéculait déjà sur un repreneur et le nom du magnat saoudien Walid Ibn Talal circulait même dans les salons. De l’eau a coulé sous les ponts depuis et de rumeur de retrait, il n’en est plus question. Bien au contraire, aujourd’hui le roi est plus que jamais présent dans le paysage économique du pays. Plus imposante fortune du pays, le roi est à la fois premier entrepreneur, premier banquier, premier exploitant agricole, etc…, «Monarque exécutif», comme il insiste à le rappeler dans certains de ses discours, ses pouvoirs constitutionnels lui confèrent le statut hégémonique de juge et partie. Une situation qui suscite de plus en plus de commentaires appuyés d’investisseurs nationaux mais aussi étrangers.
La prévalence de la monarchie dans le monde des affaires n’a jamais été aussi forte. Elle s’est accentuée depuis la mort de Hassan II. La nouvelle caste des «managers du roi», ceux-là même qui ont orchestré sa toute-puissance économique, s’en défendent. «Il n’est là que pour insuffler du dynamisme à l’économie nationale, les seuls problèmes concernent le déploiement d’une stratégie engluée par les erreurs du passé», rétorquent-ils à leurs détracteurs. L’argument qui veut que le chef de l’Etat soit aussi aux commandes de l’économie pour jouer la locomotive d’un royaume à la croissance poussive est bien court. La manière peu orthodoxe avec laquelle sont menées ses affaires et la prédation de ses holdings emboîtés en poupées russes depuis son accession au trône contredisent cette argumentation. En réalité, le business du monarque va mal, très mal , «c’est un Titanic dans le brouillard de la Mer du Nord» pour reprendre l’expression d’un diplomate qui n’hésite pas à parler de «magma proteiforme et balourd» quand les porte-voix du roi parlent de stratégie, de recentrage et de relais de croissance.

---------------------------------------------------------------------
pour lire la suite de l'article voici la source :
http://www.lejournal-hebdo.com/sommaire/index.php?option=com_content&task=view&id=1444

A vos claviers... Prêts? commentez ?, lol!
salam
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hind82



Nombre de messages : 1355
Localisation : salé-tabriket
Date d'inscription : 05/10/2006

MessageSujet: RE   Sam 21 Oct - 20:31

SALAM

POUR MOI JE VOIS PAS DE MAL SI LE ROI A EU SES PROPRES AFFAIRES ..JE PENSE K IL YA DES EXEMPLES REUSSI AU GOLF ARABE ET KI ONT DEVELOPPE LEURS PAYS...EST CE KE SI C ETAIT LE ROI OU UN AUTRE MAROCAIN OU UN ETRANGER CA VA CHANGER KLK CHOSE!!!! POUR MOI LIMPORTANT C FAIRE KLK CHOSE A LECONOMIE DE CE PAYS ET C MIEUX DE LE FAIRE AVEC DES MAINS MAROCAINS K AVEC DES MAINS ETRANGERS KI VONT COLONNISER NOTRE ECONOMIE ... confused
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La «alaouisation» de l’économie succède à la privatisation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» examen économie
» étudier l'économie en Russie!
» masters en économie
» Cours d'économie publique et politique économique
» L'économie bouddhiste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Management pour la réussite :: Catégorie débat :: Revue de presse-
Sauter vers: